Dernière mise à jour :
12 / 07 / 2024
Directeur de publication :
Marie-France Boulet
Secrétaire de rédaction :
Jean-Claude Rolland

A. Dumas : Visite théâtralisée de la MTD

02 / 02 / 2022 | Jean-Claude Rolland

Mme Virginie Fischer Montravers nous fait parvenir un comte-rendu de la visite théâtralisée de la Maison du Théâtre et de la Danse dans le cadre des partenariats et des ateliers de pratiques artistiques en milieu scolaire.
Voir : MTD : Appel à projets scolaires 2021-2022

Partenariat théâtre.

Les six aveugles et l’éléphant : conte introductif et fil rouge de la visite.

La billeterie : l’accueil : un personnage répond au téléphone... la fiction et le réel s’entremêlent.

​Un jour de grand soleil, six aveugles originaires de l’Hindoustan, instruits et curieux, désiraient, pour la première fois, rencontrer un éléphant afin de compléter leur savoir...

Le premier s’approcha de l’éléphant.Et, alors qu’il glissait contre son flanc vaste et robuste, il s’exclama : « Dieu me bénisse, un éléphant est comme un mur ! ».
Le deuxième, tâtant une défense s’écria « Oh ! Oh ! Rond, lisse et pointu !
Selon moi, cet éléphant ressemble à une lance ! »
Le troisième se dirigea vers l’animal, pris la trompe ondulante, dans ses mains et dit :
« Pour moi, l’éléphant est comme un serpent ».
Le quatrième tendit une main impatiente,palpa le genou et fut convaincu qu’un éléphant ressemblait à un arbre !
Le cinquième s’étant saisi par hasard de l’oreille, dit :« Même pour le plus aveugle des aveugles, cette merveille d’éléphant
est semblable à un éventail ! »
Le sixième chercha à tâtons l’animal et, s’emparant de la queue qui balayait l’air,Perçut quelque chose de familier :
« Je vois, dit-il, l’éléphant est comme une corde ! »

Alors, les 6 aveugles discutèrent longtemps et passionnément, tombant chacun dans un excès ou un autre,
Insistant sur ce qu’ils croyaient exact.
Ils semblaient ne pas s’entendre, lorsqu’un sage, qui passait par-là, les entendit argumenter.
« Qu’est-ce qui vous agite tant ? » dit-il. « Nous ne pouvons pas nous mettre d’accord pour dire à quoi ressemble l’éléphant ! »

Et chacun d’eux lui dit ce qu’il pensait à ce sujet. Le sage, avec son petit sourire, leur expliqua : « 

Dans la régie  : On y contrôle le son et la lumière.

A l’aide d’un carton et de notre ami éléphant : les acteurs nous expliquent comment le metteur en scène joue avec la lumière et le son.

Le bleu vous évoque quelles impressions ?
la tristesse, le froid, l’eau ; le rouge vous évoque quoi ? le chaud, la colère.

Répétition des spectacles. Dans l’autre point de vue :

Acrobaties, et perturbation de la perception de l’espace : le mobilier est perché, comme les acteurs qui escaladent les murs.

Dans la costumerie : On s’invente un personnage.
Les acteurs sont perchés !

Après être passés par la billetterie où le téléphone sonna pour renseigner mais pour aussi conter...

les bureaux de l’administration où l’on expliqua comment des projets y naissent et des contrats sont signés... dans une chorégraphie endiablée au milieu des bureaux.

la régie qui gère deux consoles : une du son (le son part de l’enceinte de gauche ou de droite ou des deux pour crer des ambiances sonores différentes et donc créer des émotions et une console qui gère les lumières : les acteurs se parlaient à l’aide de talkies walkies afin d’échanger sur les emplacement des projecteurs, un des acteurs étaient posté en hauteur au dessus de la salle de spectacle. Cette régie est reliée à la salle des projecteurs.

Les enfants ont tiré un câble afin de se rendre dans la salle des projecteurs en passant sur une passerelle en hauteur. Tous les projecteurs, du plus petits au plus gros qu’ils soient carrés ou ronds y sont exposés. Simulation de panne de courant.

Passage dans la salle des points de vue. (rappel du conte) où fut reproduite la scène du bureau mais sous un autre point de vue : les tables et chaises étaient accrochées sur les parois et les acteurs se déplaçaient à l’aide de câbles...

Puis la costumerie : mise en scène avec des jeux de mots : les costumes sont loufoques, présentation de costumes et d’accessoires (gros pieds griffus, perruque XVIIIème)

Enfin répétition sur scène, le centre névralgique du théâtre. Les acteurs nous font répéter une petite chorégraphie. Les élèves répètent des déplacements, des effets de mouvements, les acteurs sont accrochés à un filin.
Il faut saluer : le rideau s’ouvre. La salle est vide. Les élèves se demandent pourquoi on montre des sièges vides. Les acteurs font remarquer que sans spectateur, il n’y a pas de spectacle, tout ce travail et rien au bout...Les élèves repartent avec un billet qui porte le nom du spectacle dont ils ont été les acteurs d’un jour !

Souvenez-vous de l’importance que vous avez en tant que spectateur, sans spectateur, pas de spectacle. Le théâtre nous offre un autre point de vue sur notre monde.

Vous avez tous dit vrai !
Si chacun de vous décrit l’éléphant si différemment, c’est parce que chacun a touché une partie de l’animal très différente !
L’éléphant à réellement les traits que vous avez tous décrits. »
« Oooooooh ! » exclama chacun. Et la discussion s’arrêta net ! Et ils furent tous heureux d’avoir dit la réalité, car chacun détenait une part de vérité.