Dernière mise à jour :
22 / 05 / 2024

Observatoire académique des Mathématiques

21 / 12 / 2023 | Jean-Claude Rolland | Circonscription Épinay-sur-Seine | Marie-France Boulet

Avril 2022 - Décembre 2023 : publication du rapport et des recommandations

CULTURE DE L’ACCOMPAGNEMENT D’UN COLLECTIF

Les résultats des élèves de notre académie en mathématiques, depuis les évaluations nationales de CP jusqu’au baccalauréat, témoignent de fragilités importantes et constantes, malgré l’investissement considérable de tous les acteurs.

L’observatoire reposera sur une série de visites, dans les écoles et les collèges, à partir du printemps 2022 et tout au long de l’année scolaire 2022-2023, dans le but d’observer les pratiques pédagogiques en mathématiques, les leviers et les éventuels points de blocage existants. L’observatoire académique s’attachera notamment à l’analyse de leur compréhension et de leur mise en œuvre dans le but de collecter, recenser et mutualiser les démarches susceptibles de faire progresser tous nos élèves.

À cette fin, l’observatoire a prévu de couvrir 166 écoles et 24 collèges de l’académie, sélectionnés en s’appuyant sur les résultats à l’épreuve écrite de mathématiques du DNB ou aux évaluations nationales, en fonction de leur contexte social mesuré par l’indice de positionnement social (IPS).

• 2 écoles et 2 collèges sur la circonscription
 Collège Jean VIGO, école A. FRANCE ;
 Collège RMG, école R. Rolland

Livret Observatoire des Pratiques Mathématiques
Rapport Observatoire des pratiques en mathématiques

Par l’observation de plusieurs séances réparties sur plusieurs mois, il s’agit de mieux comprendre les leviers pédagogiques qui permettent de contribuer à créer un système favorable aux progrès des élèves.

Les observables :

1 L’institutionalisation de l’enseignement
2 La pratique de l’oral
3 La maîtrise de la langue en mathématiques
4 L’évaluation
5 La différenciation

Voir : Retour sur le séminaire académique mathématiques du 27 janvier 2022
(vidéos en bas de page)

RECOMMANDATIONS

Les observations menées font ressortir un constat : la différenciation est un geste professionnel insuffisamment ancré dans les pratiques. Il est nécessaire que la diversité des élèves soit davantage prise en compte pour permettre à chacun à chacun d’atteindre les objectifs. Cela passe par :

Avoir une connaissance précise et étayée des besoins des élèves
Pour cela, les évaluations nationales sont un outil incontournable permettant d’établir un diagnostic précis et d’y associer des remédiations possibles. L’ensemble des documents d’accompagnement publiés sur Eduscol doit être connu et exploité pour compléter les diagnostics personnels des enseignants et prendre en compte les besoins des élèves (remédiation, parcours personnalisé, approfondissement, ...). Les pilotes doivent assurer l’accompagnement des enseignants dans l’exploitation de ces outils professionnels. Pour rappel, chaque école dispose des questions et des réponses des élèves. En classe de sixième, chaque collège dispose des questions et des réponses des élèves aux items des tests spécifiques sur la résolution de problèmes et sur les automatismes. Il est également nécessaire pour les professeurs de collège de prendre connaissances des items des tests spécifiques et des résultats des élèves aux tests de positionnement de seconde générale, de seconde professionnelle et de première année de CAP. Ils peuvent ainsi, en amont par une meilleure connaissance des difficultés des élèves en fin de collège, prendre en compte les différents besoins et réduire ces difficultés.

Observer les élèves en cours de séance
Indépendamment de toute mise en œuvre d’une différenciation organisée, investir une posture d’écoute et de décentralisation au cours de la séance permet d’observer les élèves travailler et développer leur pensée. Cela engage les enseignants à ajuster leur enseignement au regard de ces observations et de ces écoutes.

Articuler les outils et les choix de modalités de travail avec la verbalisation et l’abstraction
Les outils (grilles d’observables en lien avec les compétences travaillées, outils permettant des manipulations, coups de pouce, affichages, visualiseur) ou les modalités de travail (îlots, groupes à effectifs réduits, groupes homogènes ou hétérogènes) peuvent également aider et répondre à certains besoins mais ils ne se suffisent pas en eux-mêmes. Ils nécessitent une réflexion didactique en amont et un accompagnement de l’enseignant à verbaliser et à engager les élèves dans un processus d’abstraction.

Varier les postures et les explications
Les enseignants doivent avoir conscience des différentes postures possibles et les faire varier au cours d’une séance afin de maintenir l’engagement de tous les élèves, quels que soient leurs besoins et leurs capacités. Cette diversité des capacités nécessite aussi de proposer des explications, des réponses variées.
Observatoire académique des pratiques en mathématiques

Posséder des connaissances didactiques et disciplinaires solides et à jour au regard de l’évolution de la recherche
Sans ces connaissances, les questions incontournables autour de la différenciation (variables didactiques, analyse et découpage des tâches, représentation, modélisation, etc.) ne peuvent être traitées et la différenciation risque d’être réduite à une baisse des exigences et à une remédiation sans chemins différents pour certains engendrant une iniquité et une accumulation au fil des ans des difficultés des élèves.

Penser la différenciation au sein de la classe quotidiennement pour tous les élèves
Cette différenciation ne doit ne pas être uniquement mise en œuvre dans des dispositifs d’accompagnement ou pour des élèves à besoins particuliers bien identifiés. Ces dispositifs restent néanmoins particulièrement favorables à la différenciation. Il est nécessaire de toujours questionner lors d’une séance avec un groupe à effectif réduit sa plus-value sur les apprentissages.

Penser la différenciation en équipe
Le constat des difficultés ne doit pas rester en l’état et laisser les enseignants à un sentiment d’impuissance. La collaboration entre pairs est un levier essentiel. En effet, la pratique d’une différenciation réussie par un seul enseignant ne peut suffire. Sans un travail commun, une cohésion d’équipe, une coordination et un pilotage, les pratiques restent isolées et d’une efficacité limitée et non pérenne.

Se former à la prise en compte de la diversité des élèves
Des formations tant disciplinaires (approfondissements didactiques, résolution de problèmes, mathématiques et jeux, etc.) que transversales (par exemple portant sur la prise en compte des besoins particuliers, la gestion de l’hétérogénéité, la mise en place d’une classe inversée ...) permettent aux enseignants d’échanger, d’expérimenter de questionner leurs pratiques, pour les faire évoluer au service des apprentissages des élèves, quels qu’il soient.

 

MOTS-CLÉS

 informations  liaison collège  mathématiques

DOCUMENTS